vivre hors sol

Mar 26

[video]

Sep 05

[video]

http://tomslee.net/2013/08/why-the-sharing-economy-isnt.html -

Here are some interesting thoughts from Tom Slee about the new Peers network : Reading your comments and remarks, Tom, I do agree with most of your thoughts ; I happened to be wandering too about the way this sharing trend is promoted and what would be the proper way - if any.

I think that beside finance and angels, it is also a question of corporations’ structure. To go on with your example of Blablacar, I have heard several times during shared rides that the service provider had already become a target of criticism ; “they must be rich now” “nobody knows how much money they have and what they will do with it” (note that speaking about money in France remains rather pejorative). When it reaches a certain size, an economical initiative seems to become a corporation in users’s mind, it appears distant and money driven, not social nor community driven.

It is to say that corporation models are part of a different mindset ; their aim - still from an endusers’ point of view - isn’t the endusers’ benefit, for it is the corporation’s profit. Many corporation structures exist though, some that embed social capital, society benefits, etc. But yeah, if I take the example of Occupy WallStreet as a reference, “the 99%” were targeting “big corp.” and bankers, pointing at them their idea of pure capital driven businesses.

Despite the fact that some Blablacar users were now speaking about it in terms of “dark corporation”, other Blablacar users felt that was in their interest as well. According to them, having a corporation was synonymous of “fine-tuned service”, “engineered industrialized service”, “sustainable” (meaning that the service will last and not disappear next month), “safe and already approved” by others. In other words, they had the feeling they were not being the genypigs. And their high rate of new subscription clearly state that this second type of users are - or will soon be - the majority of their users.

Thus, it seemed to me that Blablacar was expending from community based service, with brand advocates and early adopters, to a larger range of different users, who even call themselves “customers”. They don’t want to be more involved than that. And when succeeding to wider its range of members, this network service does lose the feeling of belonging to a collaborative initiative but does grow the amount of rides and travelers, for the benefit of all members.

For the service it provides, an corporation may therefore appear more established and trustworthy than a bubbling community. Regarding the way it deals with our personal information or its capital, a lack of transparency could reversed this trustworthiness. But yeah, the sad thing is that only a few people do care about this type of transparency ; most of us behave as customers, and like to use stuffs and services just because it works. Unless there is a scandal or a major problem, why would customers care?

This process which leads to perceive economical activities as “corporate structures” close from known capitalist models, is based on a scale-up process ; industrialize, optimize
and grow faster that competitors to avoid to be beaten by them. The scale-out model, or the scope not scale model, localized and thus closer from grassroots mechanism and legitimacy, are in customer mindset relevant to start-up, not to sustain, are they?

When we started SuperMarmite.com, we wanted to make a startup, not something social. Stephane Distinguin said that “when our parent generation wanted to have fun and change the world, they would create a rock band ; our generation create startup”. Through time, the Rolling Stones for instance moved from a local rock band to a complete branded corporation. Not all rock band do though.

When in 2011 Antonin Leonard came and talked to us about the sharing economy or collaborative consumption, I thought it was a nice way to give legitimacy to our business - I was in charge of community building. Next to that, we also realized that in between startups we had common interests ; “how to reach the critical mass”, “how to cope with the legal issues”, … or “how to wider the aura of collaborative economy services”. Not all startups were entice to share their knowledge or how-to, just as much as in any other startup circles I bet. Nevertheless, I guess all were interested in making this sharing economy field more known - i.e. have a media - thus build trust more easily.

From your blog post, I agree with you about how some terms and codes from the collaborative world are now reused for marketing means. They arose from underground (community driven) economies, into a more marketed (market oriented) economy. Thus making these services and ideas “real and for the mass” ; which is the objective of the initial underground groups too, but happening not the way they dreamt it. Isn’t it what No Logo is about? When Naomi Klein explains that AdBuster becomes a brand, that “no brand” can become a brand (Muji)? As you mentioned, Peers is the branding of peer economy. One branding even, because there will be more to come.

On one hand, scaling-up isn’t a bad thing in itself, if it make a collaborative service massively available ; on the other hand, a scaled-up initiative may have become something different from the original initiative. Following your thoughts, due to its structure Peers doesn’t appear to be legitimate to use the collaborative economy terms and code. Shall they be honest about it, and state they are more of a lobby? Or perhaps is it our duty - people who are talking about it - to help clarify the differences that exist between some grassroots beginnings and the later on industrialized expanding, help to define for the public what collaborative economy is and isn’t about (which your blog post already does)?

Can we expect businesses not to be market driven, not to appropriate and reframe popular ideas, or in other words to be honest, state what their initiative aims at and stop selling dreams? If it does happen, it won’t happen soon. So I guess that the collaborative economy is dead, long live the collaborative economy.

Jul 31

“This research is also leading some scientists to dabble in urban design, as they look for ways to make the metropolis less damaging to the brain. The good news is that even slight alterations, such as planting more trees in the inner city or creating urban parks with a greater variety of plants, can significantly reduce the negative side effects of city life.”
(via How the city hurts your brain - The Boston Globe)

This research is also leading some scientists to dabble in urban design, as they look for ways to make the metropolis less damaging to the brain. The good news is that even slight alterations, such as planting more trees in the inner city or creating urban parks with a greater variety of plants, can significantly reduce the negative side effects of city life.”

(via How the city hurts your brain - The Boston Globe)

Jul 26

neoterrien:

Après 100.000 Garages, voici Maker’s Row. Le Factory Sourcing Made Easy. Ces services, en complément des fablabs et autres makers spaces, s’adressent davantage aux professionnels (ou semi-pro), ceux qui ont déjà une idée de projet, des compétences et un idée de modèle économique peut-être. C’est une belle initiative pour revaloriser le territoire et les petite unité de production locale. Pour le coup, je serais curieux de voir comment chaque usine est noté (en qualité, en délai de livraison, en flexibilité, et agilité ou en innovation, … ?) et surtout de voir comment ces PME (ou TPE) s’adaptent pour répondre aux demandes de ces clients semi-pro (ont-elles les capacités à faire un peut R&D pour eux?). C’est par exemple des discussions et des questions qui se posaient lors du projet WikiHouse que l’on a réalisé avec la Nouvelle Fabrique. 

neoterrien:

Après 100.000 Garages, voici Maker’s Row. Le Factory Sourcing Made Easy. Ces services, en complément des fablabs et autres makers spaces, s’adressent davantage aux professionnels (ou semi-pro), ceux qui ont déjà une idée de projet, des compétences et un idée de modèle économique peut-être. C’est une belle initiative pour revaloriser le territoire et les petite unité de production locale. Pour le coup, je serais curieux de voir comment chaque usine est noté (en qualité, en délai de livraison, en flexibilité, et agilité ou en innovation, … ?) et surtout de voir comment ces PME (ou TPE) s’adaptent pour répondre aux demandes de ces clients semi-pro (ont-elles les capacités à faire un peut R&D pour eux?). C’est par exemple des discussions et des questions qui se posaient lors du projet WikiHouse que l’on a réalisé avec la Nouvelle Fabrique

Jul 18

Après WikiHouse (et sur un principe similaire), OpenDesk.cc. C’est plutôt incroyable de voir l’ébullition dans le milieu des makers. Est-ce un virage “anti-délocalisation” ? :-) (via OpenDesk.cc - Designs - Meeting)

Après WikiHouse (et sur un principe similaire), OpenDesk.cc. C’est plutôt incroyable de voir l’ébullition dans le milieu des makers. Est-ce un virage “anti-délocalisation” ? :-) (via OpenDesk.cc - Designs - Meeting)

Jul 13

eBay s’associe à des plateformes d’impression 3D et deviendra peut-être ainsi la plus grande usine du monde, couplée au plus grand store du monde. Une version digitale, distribuée et potentiellement locale de WallMart et Etsy. Une piste pour les neoterriens ?  (via Ebay partners with Sculpteo, Makerbot and HotPop to launch a new 3D printing app | Sculpteo Blog)

eBay s’associe à des plateformes d’impression 3D et deviendra peut-être ainsi la plus grande usine du monde, couplée au plus grand store du monde. Une version digitale, distribuée et potentiellement locale de WallMart et Etsy. Une piste pour les neoterriens ? (via Ebay partners with Sculpteo, Makerbot and HotPop to launch a new 3D printing app | Sculpteo Blog)

Jul 11

'Occupy' as a business model: The emerging open-source civilisation
“Occupy and open-source models illuminate a new possible reality, in which the democratic civic sphere, productive commons and a vibrant market can co-exist for mutual benefit:
At the core of value creation are various commons, where innovations are open for all to share and to build upon;
These commons are protected through non-profit civic associations, which empower that social production;
Around the commons emerges a vibrant commons-oriented economy comprised of ethical companies, whose legal structures tie them to the values and goals of the commons communities, not to creating private profit.
Where these three circles intersect, citizens decide on the optimal shape of their provisioning systems.
This model can exist as a submodel within capitalism, and to some extent already does so in the present system, as the open-source software business ecology. It could also become, with some necessary hacks, the core logic of a new civilisation. Occupy has not just shown us prefigurative politics, but prefigurative economics as well.”
via Michel Bauwens on Al Jazeera English

'Occupy' as a business model: The emerging open-source civilisation

Occupy and open-source models illuminate a new possible reality, in which the democratic civic sphere, productive commons and a vibrant market can co-exist for mutual benefit:

Where these three circles intersect, citizens decide on the optimal shape of their provisioning systems.

This model can exist as a submodel within capitalism, and to some extent already does so in the present system, as the open-source software business ecology. It could also become, with some necessary hacks, the core logic of a new civilisation. Occupy has not just shown us prefigurative politics, but prefigurative economics as well.”

via Michel Bauwens on Al Jazeera English

Jul 01

finglive: Développer une culture des données -

amandineb:

(Retranscription de l’intervention - dans la langue de Voltaire et Rousseau ! - à l’Open Data Week Marseille, le 27 juin)

Les données – et particulièrement les données ouvertes, ou personnelles - constituent des sujets de plus en plus médiatisés.

Jun 28

"P.29
Nous appartenons à une génération qui vit très bien sans cette fiction. Qui n’a jamais compté sur la retraite ni sur le droit du travail, encore moins sur le droit au travail. Qui n’est même pas « précaire » comme se plaisent à le théoriser les frac- tions les plus avancées de la militance gauchiste, parce qu’être précaire c’est encore se définir par rapport à la sphère du travail, en l’espèce : à sa décomposition.Nous admettons la nécessité de trouver de l’argent, qu’importent les moyens, parce qu’il est présentement impossible de s’en passer, non la nécessité de travailler.”
deretoursurterre:

"Tant qu’il y aura l’Homme et l’Environnement, il y aura la police entre eux."

Citation issue du L’insurrection qui vient - Le comité invisible, aux éditions La Fabrique. En PDF gratuit ici. 

Je l’ai lu hier soir, après qu’Antonin m’en a parlé, tout particulièrement de l’idée d’avancer avec des “communes” plutôt que des “communautés”. Ce recueil est écrit à plusieurs mains, et non signé par ses auteurs, pour lui conférer une aura plus large et éviter de l’entacher avec les aléas des rédacteurs présumés. 

À titre personnel, j’ai apprécié la lecture de ce livre paru en 2007 qui ne se veut pas une enquête sociologique et parvient pourtant à poser des mots justes sur un ressenti de l’époque, la nôtre. Il est fait grand cas des émeutes de 2005 dans les banlieues déshéritées, ce parti pris serait sûrement à réévaluer au regards d’autres mouvements apparus depuis, que ce soit en Egypte, en Tunisie, en Syrie, au Barhein, en Angleterre, Occupy, les mouvement du 15 mayo, les Indignés, et plus récemment les Stambouliotes et les Brésiliens. 

Toutes ces éruptions civiles ne sont pas comparables ni dues aux mêmes causes ; leur effet est néanmoins de participer au spectacle ambiant de cette Insurrection qui Vient. Ou ce Black Out. Ou encore l’avènement de cet Entropic Empire. Ce qui me touche, c’est cette idée de la commune, ce moment où on se dit “nous” et c’est un évènement. Et cet évènement est en soi davantage porteur de vérité que ne l’est l’institution. La commune n’est pas la communauté, elle existe dans la fronde, sans réel chef ni mot d’ordre, et elle perdure à travers les libertés gagnées plutôt que dans un gouvernement. 


Quelques notes de lecture ——————————————
 
P.7
Sous quelque angle qu’on le prenne, le présent est sans issue. Ce n’est pas la moindre de ses vertus. À ceux qui voudraient absolument espérer, il dérobe tout appui. Ceux qui prétendent détenir des solutions sont démentis dans l’heure. C’est une chose entendue que tout ne peut aller que de mal en pis. « Le futur n’a plus d’avenir » est la sagesse d’une époque qui en est arrivée, sous ses airs d’extrême normalité, au niveau de conscience des pre- miers punks.

P.22
Lorsque nous entendons un intellectuel de gauche éructer sur la barbarie des bandes de jeunes qui hèlent les passants dans la rue, volent à l’étalage, incen- dient des voitures et jouent au chat et à la souris avec les CRS, nous nous rappelons ce qui se disait des blousons noirs dans les années 1960 ou, mieux, des apaches à la « Belle Époque » : « Sous le nom générique d’apaches – écrit un juge au tribunal de la Seine en 1907 –, il est de mode de désigner depuis quelques années tous les individus dange- reux, ramassis de la récidive, ennemis de la société, sans patrie ni famille, déserteurs de tous les devoirs, prêts aux plus audacieux coups de mains, à tous les attentats contre les personnes ou les propriétés. » Ces bandes qui fuient le travail, prennent le nom de leur quartier et affrontent la police sont le cauchemar du bon citoyen individualisé à la française : ils incarnent tout ce à quoi il a renoncé, toute la joie possible et à laquelle il n’accédera jamais. Il y a de l’impertinence à exister dans un pays où un enfant que l’on prend à chanter à son gré se fait inévitablement rabrouer d’un « arrête, tu vas faire pleuvoir ! », où la castration scolaire débite à flux tendu des générations d’employés policés. 

P.26
« Devenir autonome », cela pourrait vouloir dire, aussi bien : apprendre à se battre dans la rue, à s’accaparer des maisons vides, à ne pas travailler, à s’aimer follement et à voler dans les magasins.

P.29
Nous appartenons à une génération qui vit très bien sans cette fiction. Qui n’a jamais compté sur la retraite ni sur le droit du travail, encore moins sur le droit au travail. Qui n’est même pas « précaire » comme se plaisent à le théoriser les frac- tions les plus avancées de la militance gauchiste, parce qu’être précaire c’est encore se définir par rapport à la sphère du travail, en l’espèce : à sa décomposition. Nous admettons la nécessité de trouver de l’argent, qu’importent les moyens, parce qu’il est présentement impossible de s’en passer, non la nécessité de travailler. 

P.31
Le désastre, ici, est préalable : il réside dans tout ce qu’il a fallu détruire, dans tous ceux qu’il a fallu déraciner pour que le travail finisse par apparaître comme la seule façon d’exister. L’horreur du travail est moins dans le travail lui-même que dans le ravage méthodique, depuis des siècles, de tout ce qui n’est pas lui : familiarités de quartier, de métier, de village, de lutte, de parenté, attachement à des lieux, à des êtres, à des saisons, à des façons de faire et de parler.

P.35

Travailler, aujourd’hui, se rattache moins à la nécessité économique de produire des marchandises qu’à la nécessité politique de produire des producteurs et des consommateurs, de sauver par tous les moyens l’ordre du travail. Se produire soi-même est en passe de devenir l’occupation dominante d’une société où la production est devenue sans objet : comme un menuisier que l’on aurait dépossédé de son atelier et qui se mettrait, en désespoir de cause, à se raboter lui-même.


P.55
Apple et la décroissance s’entendent curieusement sur la civi- lisation du futur. L’idée de retour à l’économie d’antan des uns est le brouillard opportun derrière lequel s’avance l’idée de grand bond en avant technologique des autres. Car dans l’Histoire, les retours n’existent pas. L’exhortation à revenir au passé n’exprime jamais qu’une des formes de conscience de son temps, et rarement la moins moderne. 

P.57
« Revaloriser les aspects non économiques de la vie » est un mot d’ordre de la décroissance en même temps que le programme de réforme du Capital. Éco-villages, caméras de vidéo-surveillance, spiritualité, biotechnologies et convivialité appartiennent au même « paradigme civilisationnel » en formation, celui de l’économie totale engendrée depuis la base. Sa matrice intellectuelle n’est autre que la cybernétique, la science des systèmes, c’est-à-dire de leur contrôle. Pour imposer définitivement l’économie, son éthique du travail et de l’avarice, il avait fallu au cours du XVIIe siècle interner et éliminer toute la faune des oisifs, des mendiants, des sorcières, des fous, des jouisseurs et autres pauvres sans aveu, toute une humanité qui démentait par sa seule existence l’ordre de l’intérêt et de la continence. La nouvelle économie ne s’imposera pas sans une semblable sélection des sujets et des zones aptes à la mutation. Le chaos tant annoncé sera l’occasion de ce tri, ou notre victoire sur ce détestable projet.

P.59
Ce qui s’est figé en un environnement, c’est un rapport au monde fondé sur la gestion, c’est-à-dire sur l’étrangeté. Un rapport au monde tel que nous ne sommes pas faits aussi bien du bruissement des arbres, des odeurs de friture de l’immeuble, du ruissellement de l’eau, du brouhaha des cours d’école ou de la moiteur des soirs d’été, un rapport au monde tel qu’il y a moi et mon environnement, qui m’entoure sans jamais me constituer. Nous sommes devenus voisins dans une réunion de copropriété planétaire. On n’imagine guère plus complet enfer.

P.60
La situation est la suivante : on a employé nos pères à détruire ce monde, on voudrait maintenant nous faire travailler à sa reconstruction et que celle-ci soit, pour comble, rentable. 

P.63
Il faut consommer peu pour pouvoir encore consommer. Produire bio pour pouvoir encore produire. Il faut s’autocontraindre pour pouvoir encore contraindre. Voilà comment la logique d’un monde entend se survivre en se donnant des airs de rupture historique. Voilà comment on voudrait nous convaincre de participer aux grands défis industriels du siècle en marche.

P.65
Tant qu’il y aura l’Homme et l’Environnement, il y aura la police entre eux.

P.65
La plus grande vague de famine connue jusqu’alors dans la zone tropicale (1876-1879) coïncide avec une sécheresse mondiale, mais surtout avec l’apogée de la colo- nisation. La destruction des mondes paysans et des pratiques vivrières avait fait disparaître les moyens de faire face à la pénurie. Plus que le manque d’eau, ce sont les effets de l’économie coloniale en pleine expansion qui ont couvert de millions de cadavres décharnés toute la bande tropicale. Ce qui se présente partout comme catastrophe écologique n’a jamais cessé d’être, en premier lieu, la manifestation d’un rapport au monde désastreux.

P.66
Ce que l’on appelle « catastrophe » n’est que la suspension forcée de cet état, l’un de ces rares moments où nous regagnons quelque présence au monde. Qu’on arrive plus tôt que prévu au bout des réserves de pétrole, que s’interrompent les flux internationaux qui maintiennent le tempo de la métropole, que l’on aille au-devant de grands dérèglements sociaux, qu’advienne l’« ensauvagement des populations », la « menace planétaire », la « fin de la civilisation » ! N’importe quelle perte de contrôle est préférable à tous les scénarios de gestion de crise. Les meilleurs conseils, dès lors, ne sont pas à chercher du côté des spécialistes en développement durable. C’est dans les dysfonctionnements, les courts-circuits du système qu’apparaissent les éléments de réponse logiques à ce qui pourrait cesser d’être un problème. 

P.67
Ce qui rend la crise désirable, c’est qu’en elle l’environnement cesse d’être l’environnement. Nous sommes acculés à renouer un contact, fût-il fatal, avec ce qui est là, à retrouver les rythmes de la réalité. 

P.76
L’Occident, c’est cette civilisation qui a survécu à toutes les prophéties sur son effondrement par un singulier stratagème. Comme la bourgeoisie a dû se nier en tant que classe pour permettre l’embourgeoisement de la société, de l’ouvrier au baron. Comme le capital a dû se sacrifier en tant que rapport salarial pour s’imposer comme rapport social, devenant ainsi capital culturel et capital santé autant que capital financier. Comme le christianisme a dû se sacrifier en tant que religion pour se survivre comme structure affective, comme injonction diffuse à l’humilité, à la compassion et à l’impuissance, l’Occident s’est sacrifié en tant que civilisation particulière pour s’imposer comme culture universelle. L’opération se résume ainsi : une entité à l’agonie se sacrifie comme contenu pour se survivre en tant que forme.

—> Réflexion personnelle, les mouvements contestataires (i.e. lesbiennes,  féministes, …) n’ont-ils pas comme avenir de s’oublier en tant que fronde pour se survivre comme liberté ?  

P.78
La vérité, ici, n’est pas conçue comme un attribut des êtres ou des choses, mais de leur représentation. Est tenue pour vraie une représentation conforme à l’expérience. La science est en dernier ressort cet empire de l’universelle vérification. Or toutes les conduites humaines, des plus ordinaires aux plus savantes, reposent sur un socle d’évidences inégalement formulées, toutes les pratiques partent d’un point où choses et représentations sont indistinctement liées, il entre dans toute vie une dose de vérité qu’ignore le concept occidental. On peut bien parler, ici, de « vrais gens », c’est invariablement pour se moquer de ces pauvres d’esprit. De là que les Occidentaux sont universellement tenus par ceux qu’ils ont colonisés pour des menteurs et des hypocrites. De là qu’on leur envie ce qu’ils ont, leur avance technologique, jamais ce qu’ils sont, que l’on méprise à juste titre. On ne pourrait ensei- gner Sade, Nietzsche et Artaud dans les lycées si l’on n’avait disqualifié par avance cette notion-là de vérité. Contenir sans fin toutes les affirmations, désactiver pas à pas toutes les certitudes qui vien- nent fatalement à se faire jour, tel est le long travail de l’intelligence occidentale.

P.83
Il n’y a plus à attendre – une éclaircie, la révolution, l’apocalypse nucléaire ou un mouvement social. Attendre encore est une folie. La catastrophe n’est pas ce qui vient, mais ce qui est là.

P.85
Une rencontre, une découverte, un vaste mouvement de grève, un tremblement de terre : tout événement produit de la vérité, en altérant notre façon d’être au monde. Inversement, un constat qui nous est indifférent, qui nous laisse inchangés, qui n’engage à rien, ne mérite pas encore le nom de vérité.

P.89
La commune, c’est ce qui se passe quand des êtres se trouvent, s’entendent et décident de cheminer ensemble. La commune, c’est peut-être ce qui se décide au moment où il serait d’usage de se séparer. C’est la joie de la rencontre qui survit à son étouffement de rigueur. C’est ce qui fait qu’on se dit « nous », et que c’est un événement. Ce qui est étrange n’est pas que des êtres qui s’accordent forment une commune, mais qu’ils restent séparés. 
(…)
Des communes qui ne se définiraient pas – comme le font généralement les collectifs – par un dedans et un dehors, mais par la densité des liens en leur sein. Non par les personnes qui les composent, mais par l’esprit qui les anime.
(…)
Toute commune veut être à elle-même sa propre base. Elle veut dissoudre la question des besoins. Elle veut briser, en même temps que toute dépendance économique, toute sujétion politique, et dégénère en milieu dès qu’elle perd le contact avec les vérités qui la fondent.

P.92
(propos au sujet du “travail”) Du temps personnel, pour de l’existence sociale : voilà le travail, voilà le marché.

P.97
De plus en plus de réformistes conviennent aujourd’hui qu’« à l’approche du peak oil », et « pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », il va bien falloir « relocaliser l’économie », favoriser l’approvisionnement régional, les circuits courts de distribution, renoncer à la facilité des importations lointaines, etc. Ce qu’ils oublient, c’est que le propre de tout ce qui se fait localement en fait d’économie est de se faire au noir, de manière « informelle » ; que cette simple mesure écologique de relocalisation de l’économie implique rien moins que de s’affranchir du contrôle étatique, ou de s’y soumettre sans réserve.

P.106 
La Commune de Paris avait en partie réglé le problème du fichage : en brûlant l’Hôtel de Ville, les incendiaires détruisaient les registres de l’état civil. Reste à trouver les moyens de détruire à jamais des données informatisées.


P.107
Toute commune ne peut que tendre vers l’auto-subsistance et éprouver en son sein l’argent comme une chose dérisoire et, pour tout dire, déplacée. La puissance de l’argent est de former un lien entre ceux qui sont sans lien, de lier des étrangers en tant qu’étrangers et par là, en mettant toute chose en équivalence, de tout mettre en circulation. 

—> Réflexion personnelle, ce point me rappelle les propos de David Graeber, dans Debt, 5000 years of history, où il découvre dans ses travaux que l’argent n’est utilisée à ses débuts que pour faire des échanges avec les ennemis, ceux que l’on ne sera pas amenés à revoir. Alors qu’au sein du collectif, les biens et services s’échangent, se prêtent, se font crédit. 

"P.29
Nous appartenons à une génération qui vit très bien sans cette fiction. Qui n’a jamais compté sur la retraite ni sur le droit du travail, encore moins sur le droit au travail. Qui n’est même pas « précaire » comme se plaisent à le théoriser les frac- tions les plus avancées de la militance gauchiste, parce qu’être précaire c’est encore se définir par rapport à la sphère du travail, en l’espèce : à sa décomposition.Nous admettons la nécessité de trouver de l’argent, qu’importent les moyens, parce qu’il est présentement impossible de s’en passer, non la nécessité de travailler.”

deretoursurterre:

"Tant qu’il y aura l’Homme et l’Environnement, il y aura la police entre eux."
Citation issue du L’insurrection qui vient - Le comité invisible, aux éditions La Fabrique. En PDF gratuit ici
Je l’ai lu hier soir, après qu’Antonin m’en a parlé, tout particulièrement de l’idée d’avancer avec des “communes” plutôt que des “communautés”. Ce recueil est écrit à plusieurs mains, et non signé par ses auteurs, pour lui conférer une aura plus large et éviter de l’entacher avec les aléas des rédacteurs présumés
À titre personnel, j’ai apprécié la lecture de ce livre paru en 2007 qui ne se veut pas une enquête sociologique et parvient pourtant à poser des mots justes sur un ressenti de l’époque, la nôtre. Il est fait grand cas des émeutes de 2005 dans les banlieues déshéritées, ce parti pris serait sûrement à réévaluer au regards d’autres mouvements apparus depuis, que ce soit en Egypte, en Tunisie, en Syrie, au Barhein, en Angleterre, Occupy, les mouvement du 15 mayo, les Indignés, et plus récemment les Stambouliotes et les Brésiliens. 
Toutes ces éruptions civiles ne sont pas comparables ni dues aux mêmes causes ; leur effet est néanmoins de participer au spectacle ambiant de cette Insurrection qui Vient. Ou ce Black Out. Ou encore l’avènement de cet Entropic Empire. Ce qui me touche, c’est cette idée de la commune, ce moment où on se dit “nous” et c’est un évènement. Et cet évènement est en soi davantage porteur de vérité que ne l’est l’institution. La commune n’est pas la communauté, elle existe dans la fronde, sans réel chef ni mot d’ordre, et elle perdure à travers les libertés gagnées plutôt que dans un gouvernement. 
Quelques notes de lecture ——————————————
 
P.7
Sous quelque angle qu’on le prenne, le présent est sans issue. Ce n’est pas la moindre de ses vertus. À ceux qui voudraient absolument espérer, il dérobe tout appui. Ceux qui prétendent détenir des solutions sont démentis dans l’heure. C’est une chose entendue que tout ne peut aller que de mal en pis. « Le futur n’a plus d’avenir » est la sagesse d’une époque qui en est arrivée, sous ses airs d’extrême normalité, au niveau de conscience des pre- miers punks.
P.22
Lorsque nous entendons un intellectuel de gauche éructer sur la barbarie des bandes de jeunes qui hèlent les passants dans la rue, volent à l’étalage, incen- dient des voitures et jouent au chat et à la souris avec les CRS, nous nous rappelons ce qui se disait des blousons noirs dans les années 1960 ou, mieux, des apaches à la « Belle Époque » : « Sous le nom générique d’apaches – écrit un juge au tribunal de la Seine en 1907 –, il est de mode de désigner depuis quelques années tous les individus dange- reux, ramassis de la récidive, ennemis de la société, sans patrie ni famille, déserteurs de tous les devoirs, prêts aux plus audacieux coups de mains, à tous les attentats contre les personnes ou les propriétés. » Ces bandes qui fuient le travail, prennent le nom de leur quartier et affrontent la police sont le cauchemar du bon citoyen individualisé à la française : ils incarnent tout ce à quoi il a renoncé, toute la joie possible et à laquelle il n’accédera jamais. Il y a de l’impertinence à exister dans un pays où un enfant que l’on prend à chanter à son gré se fait inévitablement rabrouer d’un « arrête, tu vas faire pleuvoir ! », où la castration scolaire débite à flux tendu des générations d’employés policés. 
P.26
« Devenir autonome », cela pourrait vouloir dire, aussi bien : apprendre à se battre dans la rue, à s’accaparer des maisons vides, à ne pas travailler, à s’aimer follement et à voler dans les magasins.
P.29
Nous appartenons à une génération qui vit très bien sans cette fiction. Qui n’a jamais compté sur la retraite ni sur le droit du travail, encore moins sur le droit au travail. Qui n’est même pas « précaire » comme se plaisent à le théoriser les frac- tions les plus avancées de la militance gauchiste, parce qu’être précaire c’est encore se définir par rapport à la sphère du travail, en l’espèce : à sa décomposition. Nous admettons la nécessité de trouver de l’argent, qu’importent les moyens, parce qu’il est présentement impossible de s’en passer, non la nécessité de travailler
P.31
Le désastre, ici, est préalable : il réside dans tout ce qu’il a fallu détruire, dans tous ceux qu’il a fallu déraciner pour que le travail finisse par apparaître comme la seule façon d’exister. L’horreur du travail est moins dans le travail lui-même que dans le ravage méthodique, depuis des siècles, de tout ce qui n’est pas lui : familiarités de quartier, de métier, de village, de lutte, de parenté, attachement à des lieux, à des êtres, à des saisons, à des façons de faire et de parler.
P.35
Travailler, aujourd’hui, se rattache moins à la nécessité économique de produire des marchandises qu’à la nécessité politique de produire des producteurs et des consommateurs, de sauver par tous les moyens l’ordre du travail. Se produire soi-même est en passe de devenir l’occupation dominante d’une société où la production est devenue sans objet : comme un menuisier que l’on aurait dépossédé de son atelier et qui se mettrait, en désespoir de cause, à se raboter lui-même.
P.55
Apple et la décroissance s’entendent curieusement sur la civi- lisation du futur. L’idée de retour à l’économie d’antan des uns est le brouillard opportun derrière lequel s’avance l’idée de grand bond en avant technologique des autres. Car dans l’Histoire, les retours n’existent pas. L’exhortation à revenir au passé n’exprime jamais qu’une des formes de conscience de son temps, et rarement la moins moderne. 
P.57
« Revaloriser les aspects non économiques de la vie » est un mot d’ordre de la décroissance en même temps que le programme de réforme du Capital. Éco-villages, caméras de vidéo-surveillance, spiritualité, biotechnologies et convivialité appartiennent au même « paradigme civilisationnel » en formation, celui de l’économie totale engendrée depuis la base. Sa matrice intellectuelle n’est autre que la cybernétique, la science des systèmes, c’est-à-dire de leur contrôle. Pour imposer définitivement l’économie, son éthique du travail et de l’avarice, il avait fallu au cours du XVIIe siècle interner et éliminer toute la faune des oisifs, des mendiants, des sorcières, des fous, des jouisseurs et autres pauvres sans aveu, toute une humanité qui démentait par sa seule existence l’ordre de l’intérêt et de la continence. La nouvelle économie ne s’imposera pas sans une semblable sélection des sujets et des zones aptes à la mutation. Le chaos tant annoncé sera l’occasion de ce tri, ou notre victoire sur ce détestable projet.
P.59
Ce qui s’est figé en un environnement, c’est un rapport au monde fondé sur la gestion, c’est-à-dire sur l’étrangeté. Un rapport au monde tel que nous ne sommes pas faits aussi bien du bruissement des arbres, des odeurs de friture de l’immeuble, du ruissellement de l’eau, du brouhaha des cours d’école ou de la moiteur des soirs d’été, un rapport au monde tel qu’il y a moi et mon environnement, qui m’entoure sans jamais me constituer. Nous sommes devenus voisins dans une réunion de copropriété planétaire. On n’imagine guère plus complet enfer.
P.60
La situation est la suivante : on a employé nos pères à détruire ce monde, on voudrait maintenant nous faire travailler à sa reconstruction et que celle-ci soit, pour comble, rentable. 
P.63
Il faut consommer peu pour pouvoir encore consommer. Produire bio pour pouvoir encore produire. Il faut s’autocontraindre pour pouvoir encore contraindre. Voilà comment la logique d’un monde entend se survivre en se donnant des airs de rupture historique. Voilà comment on voudrait nous convaincre de participer aux grands défis industriels du siècle en marche.
P.65
Tant qu’il y aura l’Homme et l’Environnement, il y aura la police entre eux.
P.65
La plus grande vague de famine connue jusqu’alors dans la zone tropicale (1876-1879) coïncide avec une sécheresse mondiale, mais surtout avec l’apogée de la colo- nisation. La destruction des mondes paysans et des pratiques vivrières avait fait disparaître les moyens de faire face à la pénurie. Plus que le manque d’eau, ce sont les effets de l’économie coloniale en pleine expansion qui ont couvert de millions de cadavres décharnés toute la bande tropicale. Ce qui se présente partout comme catastrophe écologique n’a jamais cessé d’être, en premier lieu, la manifestation d’un rapport au monde désastreux.
P.66
Ce que l’on appelle « catastrophe » n’est que la suspension forcée de cet état, l’un de ces rares moments où nous regagnons quelque présence au monde. Qu’on arrive plus tôt que prévu au bout des réserves de pétrole, que s’interrompent les flux internationaux qui maintiennent le tempo de la métropole, que l’on aille au-devant de grands dérèglements sociaux, qu’advienne l’« ensauvagement des populations », la « menace planétaire », la « fin de la civilisation » ! N’importe quelle perte de contrôle est préférable à tous les scénarios de gestion de crise. Les meilleurs conseils, dès lors, ne sont pas à chercher du côté des spécialistes en développement durable. C’est dans les dysfonctionnements, les courts-circuits du système qu’apparaissent les éléments de réponse logiques à ce qui pourrait cesser d’être un problème. 
P.67
Ce qui rend la crise désirable, c’est qu’en elle l’environnement cesse d’être l’environnement. Nous sommes acculés à renouer un contact, fût-il fatal, avec ce qui est là, à retrouver les rythmes de la réalité. 
P.76
L’Occident, c’est cette civilisation qui a survécu à toutes les prophéties sur son effondrement par un singulier stratagème. Comme la bourgeoisie a dû se nier en tant que classe pour permettre l’embourgeoisement de la société, de l’ouvrier au baron. Comme le capital a dû se sacrifier en tant que rapport salarial pour s’imposer comme rapport social, devenant ainsi capital culturel et capital santé autant que capital financier. Comme le christianisme a dû se sacrifier en tant que religion pour se survivre comme structure affective, comme injonction diffuse à l’humilité, à la compassion et à l’impuissance, l’Occident s’est sacrifié en tant que civilisation particulière pour s’imposer comme culture universelle. L’opération se résume ainsi : une entité à l’agonie se sacrifie comme contenu pour se survivre en tant que forme.
—> Réflexion personnelle, les mouvements contestataires (i.e. lesbiennes,  féministes, …) n’ont-ils pas comme avenir de s’oublier en tant que fronde pour se survivre comme liberté ?  
P.78
La vérité, ici, n’est pas conçue comme un attribut des êtres ou des choses, mais de leur représentation. Est tenue pour vraie une représentation conforme à l’expérience. La science est en dernier ressort cet empire de l’universelle vérification. Or toutes les conduites humaines, des plus ordinaires aux plus savantes, reposent sur un socle d’évidences inégalement formulées, toutes les pratiques partent d’un point où choses et représentations sont indistinctement liées, il entre dans toute vie une dose de vérité qu’ignore le concept occidental. On peut bien parler, ici, de « vrais gens », c’est invariablement pour se moquer de ces pauvres d’esprit. De là que les Occidentaux sont universellement tenus par ceux qu’ils ont colonisés pour des menteurs et des hypocrites. De là qu’on leur envie ce qu’ils ont, leur avance technologique, jamais ce qu’ils sont, que l’on méprise à juste titre. On ne pourrait ensei- gner Sade, Nietzsche et Artaud dans les lycées si l’on n’avait disqualifié par avance cette notion-là de vérité. Contenir sans fin toutes les affirmations, désactiver pas à pas toutes les certitudes qui vien- nent fatalement à se faire jour, tel est le long travail de l’intelligence occidentale.
P.83
Il n’y a plus à attendre – une éclaircie, la révolution, l’apocalypse nucléaire ou un mouvement social. Attendre encore est une folie. La catastrophe n’est pas ce qui vient, mais ce qui est là.
P.85
Une rencontre, une découverte, un vaste mouvement de grève, un tremblement de terre : tout événement produit de la vérité, en altérant notre façon d’être au monde. Inversement, un constat qui nous est indifférent, qui nous laisse inchangés, qui n’engage à rien, ne mérite pas encore le nom de vérité.
P.89
La commune, c’est ce qui se passe quand des êtres se trouvent, s’entendent et décident de cheminer ensemble. La commune, c’est peut-être ce qui se décide au moment où il serait d’usage de se séparer. C’est la joie de la rencontre qui survit à son étouffement de rigueur. C’est ce qui fait qu’on se dit « nous », et que c’est un événement. Ce qui est étrange n’est pas que des êtres qui s’accordent forment une commune, mais qu’ils restent séparés. 
(…)
Des communes qui ne se définiraient pas – comme le font généralement les collectifs – par un dedans et un dehors, mais par la densité des liens en leur sein. Non par les personnes qui les composent, mais par l’esprit qui les anime.
(…)
Toute commune veut être à elle-même sa propre base. Elle veut dissoudre la question des besoins. Elle veut briser, en même temps que toute dépendance économique, toute sujétion politique, et dégénère en milieu dès qu’elle perd le contact avec les vérités qui la fondent.
P.92
(propos au sujet du “travail”) Du temps personnel, pour de l’existence sociale : voilà le travail, voilà le marché.
P.97
De plus en plus de réformistes conviennent aujourd’hui qu’« à l’approche du peak oil », et « pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », il va bien falloir « relocaliser l’économie », favoriser l’approvisionnement régional, les circuits courts de distribution, renoncer à la facilité des importations lointaines, etc. Ce qu’ils oublient, c’est que le propre de tout ce qui se fait localement en fait d’économie est de se faire au noir, de manière « informelle » ; que cette simple mesure écologique de relocalisation de l’économie implique rien moins que de s’affranchir du contrôle étatique, ou de s’y soumettre sans réserve.
P.106 
La Commune de Paris avait en partie réglé le problème du fichage : en brûlant l’Hôtel de Ville, les incendiaires détruisaient les registres de l’état civil. Reste à trouver les moyens de détruire à jamais des données informatisées.
P.107
Toute commune ne peut que tendre vers l’auto-subsistance et éprouver en son sein l’argent comme une chose dérisoire et, pour tout dire, déplacée. La puissance de l’argent est de former un lien entre ceux qui sont sans lien, de lier des étrangers en tant qu’étrangers et par là, en mettant toute chose en équivalence, de tout mettre en circulation. 
—> Réflexion personnelle, ce point me rappelle les propos de David Graeber, dans Debt, 5000 years of history, où il découvre dans ses travaux que l’argent n’est utilisée à ses débuts que pour faire des échanges avec les ennemis, ceux que l’on ne sera pas amenés à revoir. Alors qu’au sein du collectif, les biens et services s’échangent, se prêtent, se font crédit. 

Jun 25

“I am 35 now, and I wonder what the next decade would bring. My thirst has only grown, that wanderer bug inside now all-encompasses my being, I truly see the world as my bedroom and living-room, the kindle as my library, the bags as my wardrobe, the macbook as my office, the internet as my life support system. Metaphorically speaking, anyway. Life, as an organic journey through various unknowns. While my meanderings till date have been wide-ranging, it would be interesting if I could spend the next decade in going deep. But, only time will tell. All I know is that my future remains unknown and uncertain.” — Real life is about being a #job_out. On the Tenth Anniversary of Quitting — This Happened to Me — Medium

Jun 17

finglive: L'auto-entrepreneur, un travailleur de notre temps -

fing:

La mobilisation des auto-entrepreneurs pour la défense de leur statut a fait un peu parler d’elle du fait de l’utilisation amusante du terme poussin (en référence à la récente révolte des Pigeons) et du hastag #pioupiou. Elle fait en tout cas écho à de nombreux concepts identifiés…

(Source: aurialiej)

Jun 12

deretoursurterre:


OuiShare, du job-less au job-out.

(…)


Parmi les réflexions qui m’avaient marquées, il y avait par exemple une nana de 70 ans qui disait qu’à l’époque où elle rencontrait ses congénères, elle réalisait qu’une “lesbienne n’est pas une femme homosexuelle, c’est une personne qui s’est libérée de dogmes (le patriarcat dans leur cas) et qui a le courage de s’inventer sa vie”. Si je pousse la caricature, quand au sein de OuiShare on se congratule d’être job-less, on fait un peu notre job-out (comme un coming-out) ;-) Nous sommes un peu des lesbiennes revisitées, fières de revendiquer une “indépendance face au système”, et déterminées à faire évoluer les “structures de pouvoir en place”.
(…)

deretoursurterre:

OuiShare, du job-less au job-out.
(…)

Parmi les réflexions qui m’avaient marquées, il y avait par exemple une nana de 70 ans qui disait qu’à l’époque où elle rencontrait ses congénères, elle réalisait qu’une “lesbienne n’est pas une femme homosexuelle, c’est une personne qui s’est libérée de dogmes (le patriarcat dans leur cas) et qui a le courage de s’inventer sa vie”. Si je pousse la caricature, quand au sein de OuiShare on se congratule d’être job-less, on fait un peu notre job-out (comme un coming-out) ;-) Nous sommes un peu des lesbiennes revisitées, fières de revendiquer une “indépendance face au système”, et déterminées à faire évoluer les “structures de pouvoir en place”.

(…)

May 31

[video]